BIJOU_CONTEMPORAIN

Bienvenue sur mon blog

19/12/2013

EXPO ‘Pearls’ – V&A Museum (UK) – 21 sept 2013 – 19 janv. 2014

Classé dans : Exposition/Exhibition,perle(s) / beads/pearls,USA,V&A Museum (UK) — bijoucontemporain @ 3:01

Pearls – - Victoria & Albert Museum

Pearls - 21 sept 2013 - 19 janv. 2014 - V&A Museum (Victoria & Albert Museum) http://www.vam.ac.uk/content/exhibitions/exhibition-pearls/about-the-exhibition/
Pearls are a worldwide phenomenon going back millennia. Fascination for these jewels of the sea transcends time and borders. Natural pearls have always been objects of desire due to their rarity and beauty. Myths and legends surrounded them, chiefly to explain the mystery of their formation. Goldsmiths, jewellers and painters exploited their symbolic associations, which ranged from seductiveness to purity, from harbingers of good luck in marriage to messengers of mourning.
……

Pearl jewellery through the ages

Across the Roman Empire jewels with pearls were a desirable and expensive luxury, a symbol of wealth and status. In medieval Europe pearls appear as symbols of authority on regalia, and as attributes of Christ and the Virgin Mary in jewellery, symbolizing purity and chastity. By the Renaissance, portraits show that nobles and affluent merchants were adorned with pearls, the symbolism became increasingly secular.
By the 17th and 18th centuries pearls had become lavish adornments, often worn in a seductive manner. They were also demonstrations of high social rank. By the early 19th century pearls embellished more intimate or ‘sentimental’ jewellery to convey personal messages celebrating love or expressing grief.
The opulence and ceremony enjoyed by the courts of Europe in the 19th century was favourable for pearls, necklaces of all lengths were fashionable, from long ropes to chokers.
In Paris, jewellers working in the Art Nouveau style were fascinated by the extraordinary shaped pearls and transformed them into breathtaking interpretations of nature.
In the ‘Roaring Twenties’ urban life changed fashions, women wore short sleeveless slim-line dresses and pearl sautoirs dangled down to the waist and beyond.

Lover’s Eye brooch, England, 1800-20, gold, pearls, diamonds and painted miniature. Museum no. P.56-1977, © Victoria and Albert Museum, LondonLover’s Eye brooch, England, 1800-20, gold, pearls, diamonds and painted miniature. Museum no. P.56-1977, © Victoria and Albert Museum, London
Bodice ornament  Bodice ornament Spain About 1670 Gold filigree with freshwater pearls Collection of Deborah Elvira Photo © Martin VellónBodice ornament – Spain About 1670 – Gold filigree with freshwater pearlsCollection of Deborah Elvira - Photo © Martin Vellón

Contemporary design

Jewellery design experienced great changes during the second half of the twentieth century. During the 1960s and 1970s avant-garde jewellers in Europe broke away from traditional gem-set jewellery to create abstract sculptural designs with unconventional settings for pearls. In contrast, the high-end jewellers sought a path between tradition and Modernism. From the 1980s, the emphasis for artist jewellers has been less about the value of the pearl and more about novelty of design. Searching for new ways of wearing pearls, they set them in a variety of metals, often with textured surfaces and successfully combined them with non-precious materials.
Today the range of aesthetics in pearl jewellery is boundless and the variety of pearls quite remarkable. Whether natural, cultured or imitation, pearls continue to be fashionable and are being worn by increasing numbers of women. Pearls are a symbol of femininity and timeless jewels befitting at any event or occasion.

'Grand Jeté' brooch, made and designed by Geoffrey Rowlandson (born 1931)  'Grand Jeté' brooch Made and designed by Geoffrey Rowlandson (born 1931) London 1999 18 carat gold, brilliant-cut diamonds and cultured baroque pearls Private Collection © Geoffrey Rowlandson‘Grand Jeté’ broochMade and designed by Geoffrey Rowlandson (born 1931)London 199918 carat gold, brilliant-cut diamonds and cultured baroque pearlsPrivate Collection © Geoffrey Rowlandson

Snow White Wrist Piece 'A Fusion of Winter Snow and Spring Flowers' Made and designed by Nora Fok (born 1952) London 2012 3-D printed white plastic, cultured white pearls Private Collection © Frank Hills, photographerSnow White Wrist Piece ‘A Fusion of Winter Snow and Spring Flowers’Made and designed by Nora Fok (born 1952) – London 2012
– 3D printed white plastic, cultured white pearlsPrivate Collection© Frank Hills, photographer

Brooch Made and designed by Friedrich Becker (1922-1997) Düsseldorf, Germany 1962 18 carat white gold, 96 natural pearls in varying shades RSV Collection © Frau Hilde BeckerBrooch – Made and designed by Friedrich Becker (1922-1997) Düsseldorf, Germany – 1962 – 18 carat white gold, 96 natural pearls in varying shades RSV Collection © Frau Hilde Becker

 

Cromwell Road
London SW7 2RL
020 7942 2000

13/05/2011

COUP de COEUR : Bettina DITTLMANN – coloured structures with enamelled lines

« Bettina Dittlmann (Born in Passau (DE) in 1964) is inspired by historical jewellery, ranging from mourning Victorian jewellery to American Indian pieces. Dittlmann studies the historic forms and content, which later influence her own work. Drawing is an important part of Bettina Dittlmann’s life, often a starting point for a piece of jewellery. » (« Fused » exhibition at Flow Gallery, show curated by Melissa Rigby, the Chairman of the British Society of Enamellers – 2011)

« ‘Sometimes the setting is full without a stone. Sometimes I free the ironwire from the enamel to set the stone. Sometimes I set the stone into the enameled bezel. Sometimes I fill the bezels with enamel, so the enamel becomes the ‘stone’. Garnet resists the heat in the kiln . The enamel strengthens the prongs. The enamel sticks to the garnets and covers them. It hides the cut gem.Enamel chips sparkle like cut stones. Pyrit rocks sparkle like diamonds. I try to work with the enamel, try to understand its laws and try to break them, but the enamel always wins!(Bettina Dittlmann – Published in Metalsmith, Exhibition In Print 2003, volume 23 number 4″)

COUP de COEUR  : Bettina DITTLMANN - coloured structures with enamelled lines dans Allemagne (DE) drahtringchen-eisen-granat
Bettina Dittlmann – rings with garnets

 

« Pristine precision and elegant design characterise the work of Bettina Dittlmann, a jeweller who employs enamel in much of her work. Her international reputation has taken the medium of enamelling into contemporary jewellery practice, with its emphasis on innovation in both technique and design. Bettina’s pieces, constructions of soldered binding wire and enamel, often incorporate precious and non-precious stones: the essence of her work is the combination of delicacy and strength.
Although they are completed with the appropriate findings, Bettina Dittlmann does not intend all of her brooches to be worn, but she is delighted when they are. Her large complicated binding wire structures are comprised of thousands of soldered joints. Instead of material value, Bettina is making something precious by using time.
Jewellery enamels fire successfully on to the steel wire at around 760º, and Bettina builds the joints of her constructions with IT solder, which is workable at this temperature. The firings varying according to the enamel used. Bettina judges the correct time and temperature by instinct. Because the thin wires transport heat immediately, the firings are 30–40 seconds long. She is currently experimenting with liquid enamel.
To get the enamel to adhere to the wire, Bettina finds that spit works best as an adhesive, behaving as an incredibly good glue and firing out without stains or bubbles. She mixes the spit with water and squeegee oil, paints the mixture on to the wire, and then applies the enamel by sifting. The first few firings take the enamel to a gloss finish, making a hard surface which ensures a good bond to the wire, but the last layers are underfired to achieve the granular effect. Complicated structures can require 60–70 firings: the inner wires are enamelled first and often the whole work is turned during firing. The way the pieces are constructed determines the colours, with the precious and non-precious stones pin-pointing the nodes in the design. Bettina Dittlman has always wanted to make complex pieces – shapes that take a long time time to describe, but she is also interested in the simple. Historical jewellery is a source of inspiration, ranging from mourning jewellery and Renaissance jewellery to Victorian jewellery and American Indian pieces. She studies the historic forms and content, which later influence her own work. Drawing is an important part of Bettina Dittlmann’s life. She draws what she thinks about, and often this is a starting point for a piece of jewellery. During the process of making, the drawing continues. For her abstract pieces, Bettina begins by adding circles to each other, working spontaneously with no final concept in mind. The accompanying drawings might be concerned with the construction of the developing piece or with ‘what the piece is about’, and the two influence each other back and forth as she continues assembling. She adds that if she really knew what her work was about, she probably wouldn’t make it any more. Bettina’s training included studying the techniques of silversmithing at a technical school in Germany and subsequently working two years with a jeweller. This was followed by two years at the Academy of Fine Arts in Munich, where she had to begin to develop her own path and to ‘find out how and why to go on, and what was valid’. Interestingly, she realised that she had retained the influence of her high school art teacher, with whom she studied art history and art and learned about the quality of line. There followed eighteen months at the State University of New York at New Paltz. Here drawing became particularly important to Bettina because, in the beginning, she couldn’t speak much English. It was at New Paltz that Bettina learned to enamel, taught by Jamie Bennett, who said that enamel could translate the colour in her drawings to her work. Jamie Bennett was challenging enamel and this is what inspired her. She had been making pieces with binding wire at the time, investigating spike, pod and flower forms, and this was the start of finding her unique way of working. In addition to making her wire and enamelled sculptural jewellery, Bettina produces a range of rings with her partner Michael Jank. He has his own career as a printmaker, but together they are working on forged rings called ‘Foreverrings’, each making their own pieces but selling them together. Neither soldering nor polishing are part of the process, which involves melting the metal, punching a hole, and hammering out a thick, powerful ring shape. The technique is fast and spontaneous, in fact completely opposite to Bettina’s practice in enamel. Shefeels that it is important for her body and mind to do hard physical work after the hours spent with delicate, precise and intense soldering, stone setting and enamelling .« (British Society of Enamellers – summer 2006)

http://www.rosemarie-jaeger.de/images/Bettina%20Dittlmann/verschiedenes.jpg
Bettina Dittlmann  ‘rinchen’

http://www.galerie-helene-poree.com/images%20artistes%20et%20design/Dittlmann/Ditt-10-RING.jpghttp://www.galerie-helene-poree.com/images%20artistes%20et%20design/Dittlmann/Ditt-07-RING.jpg

 

http://www.galerie-helene-poree.com/images%20artistes%20et%20design/Dittlmann/Ditt-09-RING.jpghttp://www.galerie-helene-poree.com/images%20artistes%20et%20design/Dittlmann/Ditt-02-RING.jpg

 

http://www.galerie-helene-poree.com/images%20artistes%20et%20design/Dittlmann/Ditt-03-RING.jpghttp://www.galerie-helene-poree.com/images%20artistes%20et%20design/Dittlmann/Ditt-01-RING.jpg

 

 

Bettina Dittlmann
Bettina Dittlmann pendants

http://media.vam.ac.uk/media/thira/collection_images/2009CC/2009CC6146_jpg_ds.jpgBrooch
Bettina Dittlmann- brooch – Iron and enamel – 2007-2008 (to SHOP on V&A website)

http://www.galerie-stuehler.de/dittlmann/Dittlmann.-Brosche.-Blume-R.jpg
Bettina Dittlmann- brooch ‘Orange-Rot’, 2003 -Eisen, Emaile

http://www.galerie-helene-poree.com/images%20artistes%20et%20design/Dittlmann/Ditt-27-2003-fer-GDE-AGDT.jpg

http://www.sofaexpo.com/NY/2007/img/galpgs/jwerk_right_Dittlmann.jpg
Bettina DittlmannBrooch, Iron, garnet – 2007

 

http://www.polyvore.com/cgi/img-thing?.out=jpg&size=l&tid=26763669
Bettina Dittlmann (& partner Michael Jank)  - ‘foreverring’

http://www.galerie-helene-poree.com/images%20artistes%20et%20design/Dittlmann/Ditt-29-2002-RDE-ROUGE-AGDT.jpg
Bettina Dittlmann« Big red » Brooch

BettinaDittlmann dans Bettina DITTLMANN (DE)
Bettina Dittlmann - Red brooch, 2005, red ironwire enamel

http://www.galerie-helene-poree.com/images%20artistes%20et%20design/Dittlmann/Ditt-30--2002-OURSIN-GD.jpg
Bettina Dittlmann -broche « oursin » (photos galerie Helène Porée)

http://www.galerie-helene-poree.com/images%20artistes%20et%20design/Dittlmann/Ditt-23-1996-COEUR-GD.jpg

OUI, Bettina Dittlmann - on AIME votre travail ! il me fascine !

 

 

ENAMEL – innovation in vitreous enamel – by Jessica Turrell- symposium-presentation

22/06/2010

EXPO ‘David Watkins, a Retrospective View’ – V&A Museum (UK) – 23 fev.-26 sept. 2010

David Watkins – Artist in Jewellery, a Retrospective View (1972 – 2010)

David Watkins represents a driving force in British design. His work has been internationally collected since the early 1970s. His is a unique voice. He began his career as a jazz pianist and sculptor, and his practice and understanding of these two disciplines reverberate throughout his work, bringing to it unexpected directions and innovations. At a formative moment in the 1960s Watkins had worked on special effects for Stanley Kubrick’s masterpiece, the film 2001, designing and creating model spacecraft to high levels of demand and precision. Evidence of this experience can be seen in the earliest of his works on display – a silver and white enamel necklace and brooch echo the beauty of space probes and the moon landing station.

Watkins works in series, and amongst the collections are to be found elegant examples of finely judged minimalism from the 1970s, and then in the 1980s an exotic flowering into brilliant colour and energy, as geometry of flat planes and lines designed to rest upon the upper body overlay each other and boldly enhance the wearer. The concept of art for the body is deeply embedded in his work, and his search for new forms is unceasing.

An aspect of Watkins’ amazing versatility is demonstrated by the materials he explores, ranging from paper to gold and industrial metals. In his most recent work, created with the aid of computer based technologies rhythm and colour have developed into abstract symbols and metaphors with an air of mysticism. As in all his work Watkins, remains, firmly committed to modernity.

Collections include The Victoria and Albert Museum, London, The Musée des Arts Decoratifs, Paris, The Museum of Modern Art, Tokyo, and The Metropolitan Museum of Art, New York.

Hinged Shoulderpiece (blue) Neckpiece, 1973Mt.Hagen Hoopla Neckpiece, 1981'On the air' #2' Bangle, 1999
Gardens of Arqua Petrarca (B07-F-SC/1): Bearing Branches, Bangle (layered), 2003Hinged Loop Neckpiece (radiating blue) Neckpiece, 1974Black Lace/Veiled Square Bangle, 2008
Triangle Loop and Chevron Neckpiece, 1979. Private collectionLeaf Wheel 3 (Splayed leaves) Pin, 1997Matrix IV Neckpiece, 1987. Deutsches Goldschmiedehaus Hanau

 

Hinged Loop Neckpiece (radiating blue) Neckpiece, 1974
Hinged Loop Neckpiece (radiating blue) Neckpiece acrylic, Silver 1974

Gardens of Arqua Petrarca (B07-F-SC/1): Bearing Branches, Bangle (layered), 2003
‘Gardens of Arqua Petrarca’  Bearing Branches Bangle (layered) Stainless Steel, Plasma coating2003

 

V&A South Kensington
Cromwell Road
London SW7 2RL
+44 (0)20 7942 2000

http://www.vam.ac.uk/collections/fashion/david_watkins_display/index.html

06/04/2010

« C’EST QUOI UN BIJOU CONTEMPORAIN ? » – SYLVIE LAMBERT

Depuis des années, Sylvie Lambert travaille dans le domaine du bijou contemporain, par la mise en place d’expositions, le suivi d’artistes, la rédaction d’articles et l’écriture d’un gros ouvrage sur la bague dans les années 2000. L’auteur du livre «La bague, parcours historique et symbolique» est actuellement engagée dans la recherche et termine une thèse de doctorat à l’université de la Sorbonne à Paris sur le bijou contemporain … Une thèse laissée en suspens il y a quelques années, un travail élaboré sous un angle complexe, en relation avec la réalité technique du bijou, une recherche approfondie sur les œuvres elles-mêmes, en particulier à travers les vitrines et au fond des réserves du Musée des Arts Décoratifs de Paris, du Victoria & Albert Museum de Londres et du Schmuckmuseum de Pforzheim. Les conservateurs lui ont ouvert toutes les portes, et Sylvie Lambert a pu étudier ces bijoux sous toutes leurs coutures !

ENTRE TECHNIQUE ET HISTOIRE DU BIJOU

C’est quoi un bijou contemporain ? Pour Sylvie Lambert, cette question renvoie immédiatement à cette autre interrogation bien plus large « Qu’est-ce qu’un bijou en général ? ». Les bijoux qu’elle nous montre semblent au premier abord bien loin de la haute joaillerie avec ses matières précieuses. Ils sont d’un autre type, ils ont été réalisés à base de soie, de polyester, de plexiglas, parfois en argent, en or, ou à travers un fossile ! Des bijoux surprenants ! Bijoux impossibles ! Bijoux importables ! Bijoux inconfortables ! Mais alors, de quoi est-il question avec ces objets ?

Dans un dictionnaire, la définition du mot «bijou» se présente comme un objet de parure dont la matière ou le travail est précieux… Pour Sylvie Lambert, cette définition est floue, et c’est bien tout le problème ! Le premier élément qui constituerait un véritable bijou serait donc la matière, et on imagine cette matière plutôt précieuse de par les métaux et les pierres. La valeur financière du bijou est donc accordée en fonction des matériaux, du coût du carat, du temps de travail effectué, et pourquoi pas de l’environnement marketing qu’il faudra développer pour vendre le bijou ! « Mais alors, comment comprendre ce collier de dents et fibres de Polynésie, ou encore ce pectoral en coquillages, graines, canines de porc, fibre et résine de Mélanésie ? » Bijoux ou pas bijoux ? Ces deux «objets d’ornement» ne peuvent exister sans un rituel précis et codé. On ne porte en effet pas ces bijoux pour se faire beau et se rendre à une soirée entre copains, on porte ces bijoux lors de cérémonies bien précises. Ils sont donc pensés et reconnus comme tels en Polynésie ou en Mélanésie… Et, ils ne sont pas constitués forcément d’or, de matières précieuses ! Ils n’ont pas d’environnement marketing ou publicitaire non plus !

Autre piste de définition, la finalité et la destination auxquelles on assigne le bijou : la parure du doigt, du bras, ou du cou. Mais alors, comment établir la différence entre un collier et une cravate ? Entre une collerette et une parure ? Un gant et une bague ? La manche d’un vêtement et un bracelet ? «Eh bien, ça ne marche plus du tout non plus ! puisque la matière n’est pas toujours précieuse, on peine dorénavant à dire qu’un collier est en métal et un vêtement en tissu !»

Autre hypothèse : est-ce que les circonstances sociales au cours desquelles on acquiert un bijou ou décide d’en porter un peuvent avoir une incidence sur sa définition ? «La bague de fiançailles que l’on acquiert le jour de ses fiançailles, l’anneau nuptial le jour de son mariage, la couronne du roi et de la reine le jour du couronnement ou, de manière plus proche de nous, les bijoux que vous avez choisi de porter ce soir, jour du vernissage de votre propre exposition, peuvent-ils nous renseigner sur ce qu’est un bijou ? » Ou encore, faut-il mentionner au contraire les circonstances où on préfère justement enlever le bijou, ne pas le porter… Les moments où on se lave les mains, prend sa douche, épluche des légumes, répare son scooter ou se glisse sous sa couette… Des moments du quotidien qui sont autant et surtout des questions d’usage !

Une définition «floue» du bijou… On n’est effectivement pas très avancé avec les notions de préciosité, de petitesse, de finalité sur le corps ou d’environnement social… Quant est-il des bijoux observés dans des rituels plus proches de nous géographiquement ? Dans la religion catholique, les ornements du pape comme la mitre ou la tiare sont portés essentiellement lors des cérémonies rituelles. En remarquant la dimension et le poids de tels ornements, on imagine bien qu’ils ne sont pas portables en permanence ! Pas vraiment confortables ! Autre concept qui se révèle donc insuffisant pour définir un bijou, celui-ci n’est pas forcément un objet confortable à porter !

En constatant toutes ces analyses, on se doit de reconnaître que le bijou ne peut être étudié que dans un cadre assez large, interdisciplinaire, mêlant bien évidemment la technique et l’histoire de l’art, mais aussi la sociologie et l’anthropologie. Comment donc y voir plus clair ? «En laissant les mots et en partant des objets eux-mêmes, on pourrait, il me semble théoriquement sortir de l’impasse. Partir au contraire de ce que les ouvrages fabriquent me semble se positionner au plus près de la réalité de leurs mécanismes. Avec le bijou, comme avec tout autre objet d’art, nous n’avons pas affaire à un problème de mots, mais d’objets, c’est-à-dire avec une diversité de matières, de fabrications (procédés, outils, gestes) qui impose tel ou tel problème à résoudre techniquement. »

Adopter une autre analyse

Il faut opter pour une autre analyse. Ne pas se contenter d’analyser à travers les vitrines des musées ou par livre interposé. Sylvie Lambert veut privilégier une véritable «archéologie du bijou contemporain !» On dit comme ça à la Sorbonne ! « Aujourd’hui, il me semble que la compréhension technique, c’est-à-dire le fait de partir des objets eux-mêmes, m’a fait d’une part sortir de la démarche historique et de l’interprétation et d’autre part comprendre plus objectivement l’enjeu véritable de ce type d’ouvrages assez surprenants» Une approche de terrain, donc, histoire de comprendre de quoi il est question avec ces objets : les matières, les assemblages, les finalités, les nouveautés en termes d’enfilage, de système d’ouverture et de fermeture, les incidences observables sur la tenue, le maintien, le port, la manipulation. L’auteur fait d’ailleurs régulièrement appel à une créatrice de bijoux pour la guider dans ce décryptage technique.

C’est aussi à travers l’observation méticuleuse, quasi-scientifique des collections des trois musées, à Paris, Londres et Pforzeim que Sylvie Lambert a pu dégager un certain nombre de problématiques ayant une incidence sur les matières utilisées, les procédés, les outils, les gestes, le tout générant des finalités esthétiques tout à fait nouvelles et intéressantes.

Une question intéressante posée dans les années 1970 par les bijoutiers de cette époque : comment fabriquer de la brillance ou de la transparence avec une matière qui n’est pas habituelle au domaine de la bijouterie ? Une bague en plexiglas percé à deux reprises pour un enfilage sur deux doigts. Une autre bague où le cristal de roche a été utilisé, non pas pour le chaton, mais en guise d’anneau !

Autres questions. Autres problématiques autour du bijou contemporain. Comment exploiter une matière naturelle, comme une graine, totalement étrangère au domaine du bijou ? Comment tirer parti d’une matière industrielle, le silicone, non habituelle à la bijouterie ? Comment expérimenter de nouvelles textures pour les métaux, par exemple, selon un polissage plus ou moins appuyé, avec des bains d’acide successifs afin d’obtenir un noircissement de la surface, avec une application d’émail à chaud ou à froid, etc…

Inventer aussi un système d’accrochage nouveau. Pour accrocher la broche présentée, on doit rapprocher le bijou du vêtement, puis le disposer à l’emplacement souhaité puis, par l’intérieur, enfoncer le cercle de caoutchouc. Ainsi «clippée» littéralement au tissu, la broche tient toute seule. Pour désolidariser l’objet du vêtement, il suffit de tirer sur le cordon de satin conçu à cet effet !

Accompagner le bijou par une manipulation particulière… Avant d’enfiler ces trois bagues, il est nécessaire de réaliser un certain nombre de gestes, prendre la boîte fermée, faire glisser les deux formes du coffret, pencher le socle, avant de libérer les bagues en argent… Même démarche avec ce collier de perles emprisonné dans la glycérine ! Pour libérer et enfiler le collier de perles emprisonné dans la glycérine agencée comme un pain de savon, il faut se laver les mains ! « Pour ces deux derniers exemples, on voit combien la manipulation prime sur l’objet final. On gagne en effet en conceptualisation des gestes à effectuer, mais on perd en originalité même du bijou : on se retrouve avec de simples anneaux d’argent ou un banal collier de perles. »

Manon van Kouswijk - pearls necklace in a soap - you get the necklace after washing hands ........ !Manon van Kouswijkcollier de perles emprisonné dans la glycérine ! Pour libérer et enfiler le collier de perles emprisonné dans la glycérine agencée comme un pain de savon, il faut se laver les mains

En effet, dans ce dernier cas, ce n’est plus le collier qui est intéressant, mais l’idée du savon de glycérine qui l’emprisonne ! Le bijou contemporain demeure donc apte à mettre en avant de nouvelles matières, toutes aussi surprenantes les unes que les autres : graines, matières industrielles, métaux, polystyrène expansé, coton, carton, fils… Ces bijoux présentent souvent une grande créativité, un design pertinent, de nouveaux états de surface, de nouvelles couleurs, des effets de teintes inédits, des dégradés inattendus, de nouvelles textures… La rupture volontaire est assumée. Les matières sont étrangères au domaine de la bijouterie, on est très loin des gestes de la tradition !

La rupture s’installe également avec les gestes et les techniques de la bijouterie, puisque les matières sont étrangères au domaine du bijou, on importe les techniques, les outils, les gestes liés à ces nouvelles matières ! On peut aussi chercher à appliquer à ces nouvelles matières les techniques tout à fait traditionnelles de la bijouterie. « Quoi qu’il en soit, toutes ces ruptures qui s’opèrent volontairement au fil de la fabrication, tous ces choix qui se font aux différentes étapes, toutes ces possibilités nouvelles offertes à la seule envie créative des bijoutiers ouvrent donc d’autant la voie à une expérimentation qui se révèle être totalement et absolument infinie. »

Quand un élément naturel ou industriel devient bijou

Le bijou contemporain, c’est probablement avant tout une pratique créative et innovante qui se traduit par une volonté d’expérimentation quasi systématique ! Un autre exemple caractéristique de ces bijoux contemporains est sûrement l’œuf de caille percé et ajusté sur du métal pour constituer une bague. Travail d’une délicatesse totale, on l’imagine, pour percer l’œuf sans le casser en mille morceaux ! «Mais percer quelque chose est en soi une technique tout à fait traditionnelle, vous en conviendrez. En fait ici, ce qui est pertinent, c’est d’avoir importé, dans le domaine du bijou, une matière qui, traditionnellement, n’en fait pas partie. D’ailleurs, on se rend vite compte, que c’est le fait d’avoir opté pour l’œuf de caille qui est intéressant ici et moins l’effet blanc craquelé produit au travers d’une forme ronde, tout compte fait, assez commune. En fait, ce qui me semble tout à fait intéressant ici pour cet objet, c’est de se dire… Bon sang mais oui…, c’est de l’œuf, c’est donc super fragile… Mais qu’est-ce que c’est osé d’avoir choisi un œuf et de l’avoir transformé en bague sans le casser ! Quel tour de force technique ! »

Gilles JONEMANN  bague oeuf
Gilles Jonemann bague oeuf de caille

Des vis en or qui relient un os de vache à une structure de métal. Cette broche qui utilise de manière originale un os animal est plutôt petite, mais elle a été rehaussée par tout un travail assez méticuleux du métal, travail qui la dote, après-coup d’un aspect finalement plutôt précieux. Mais c’est tout de même, l’importation d’un os de vache, matière vraiment peu banale pour la bijouterie, qui reste dans cette pièce, le fait plus marquant.

patricia lemaire- arche-du-temps
Patricia Lemaire – broche « arche-du-temps »

Autre bague étonnante, celle qui présente une pierre ponce retenue par une tige à une hauteur de 12,2 centimètres ! Autant dire que ce bijou n’est pas très pratique à porter ! Mais, la remarque est dérisoire, tant l’objet est surprenant, et c’est bien l’exploitation de la dimension qui est le critère le plus marquant !

Autres matières nouvelles et tout autant étonnantes : des écailles de poissons percées puis enfilées les unes à la suite des autres pour former un collier ! Un fil d’acier avec une perle d’arrêt au point stratégique de liaison, qui relie des fragments d’œuf d’émeu afin d’éviter le recours à un enfilage traditionnel. Pour résumer, une matière inhabituelle enfilée de manière inhabituelle ! Un bracelet composé de bambou et de topazes où les méthodes de la vannerie ont été transposées pour constituer la trame ! Ici, la transposition de la technique de la vannerie dans le domaine du bijou a permis la fabrication d’une structure évidée et ajourée à l’intérieur de laquelle les topazes se déplacent librement au gré des mouvements du porteur. On passe outre les techniques du sertissage !

Gilles JONEMANN collier oeuf d'emeu
Gilles Jonemann – collier oeuf d’emeu

Tina Chow Kyoto bracelet Tina Chow bamboo & crystal « Tokyo » bracelet

Quand un élément industriel devient bijou ! On découvre ici des assemblages surprenants ! Il s’agit de bois aggloméré coupé, taillé, percé, transformé en bague. Les matières sont collées les unes aux autres. Le collage est une technique d’assemblage, et avec ces matières nouvelles, comme le polystyrène expansé et les tubes chromés, cette technique permet d’obtenir un effet visuel contrasté et inhabituel, dû à la juxtaposition de matières d’origines différentes.

Anthony Roussel  - small wave ring
Anthony Roussel  – small wave ring

Eléments industriels et véritables métamorphoses de l’objet… On parle alors de «ready-made» ! Le terme est inventé par les dadaïstes, notamment Marcel Duchamp dans les années 1920 qui présente sa roue de bicyclette sur un tabouret ou son bidet, deux œuvres iconoclastes et très célèbres ! Ici, il s’agit de l’importation d’un objet déjà fabriqué dans le domaine du bijou, par exemple d’une chambre à air de brouette savamment découpée puis peinte en or ! Eléments issus de l’industrie et laissés quasiment tels quel : des goulots de bouteille enfilés les uns à la suite des autres ! Des ressorts transformés en collier et en bague ! Des pellicules photo enfilées également les unes à la suite des autres ! Une punaise qui devient une broche ! Un bouchon de lavabo qui a été moulé pour devenir une bague !

Bernhard Schobinger 1988Verena SIEBER-FUCHS- Collier 1997- pellicules photo
Bernhard Schobinger 1988
Verena Sieber-Fuchs- Collier 1997- pellicules photo

Mise en perspective

Evidemment, on peut se poser d’autres questions. Quand peut-on porter de tels bijoux ? «Avec le bijou contemporain, vous l’avez remarqué, il est nettement moins question de bague de fiançailles ou d’anneau nuptial, donc de bijoux qui mettent les acquéreurs et les porteurs dans l’état de fiancé, dans l’état de femme ou de mari. Ces bijoux se portent en revanche plus volontiers dans des occasions que l’on peut appeler de partenariat : c’est-à-dire soirées, dîners entre amis, vernissages d’exposition ; également pour aller à l’opéra, au théâtre, au cinéma… En somme, toutes ces fois où l’on n’a pas de rôle particulier à jouer» Envie de style. Envie de se différencier de son voisin également. De nouvelles perspectives sociologiques sans doute. On comprend mieux que le bijou contemporain est sans doute une grande affaire de style, ce qui explique cette multiplication de styles personnels et particuliers que l’on observe, d’une part chez les porteurs, d’autres part chez les fabricants eux-mêmes. Mais visiblement, avec ces objets expérimentaux, il semble aussi que l’on manque cruellement aujourd’hui de circonstances sociales qui en permettraient un port plus régulier : on n’est en effet pas tous les jours de la semaine de sortie, que ce soit au théâtre, à l’opéra, en soirée avec ses voisins et ses copains ou en train de visiter une exposition d’art ultra branchée.

Le bijou contemporain, c’est donc bien une problématique avant tout d’expérimentation et de rupture dans le fait de viser une originalité ou une transgression à tout prix et flirter parfois aussi avec la morale, l’exemple de ce collier en silicone tout à l’heure qui représentait les parties génitales masculines !

Cette manière d’envisager la création n’est pas strictement réservée aux bijoux, elle touche bien sûr des domaines très proches comme le vêtement et le design : «Côté vêtement, on observe exactement le même phénomène de rupture et d’expérimentation dès les années 1965 avec le couturier français Paco Rabane. Ici, il n’est plus question de fabriquer des robes avec du tissu, mais d’utiliser le métal en s’aidant d’une technique d’appareillage par anneau appartenant à la bijouterie. La trame se compose de petites surfaces de métal toutes bien similaires et assemblées par des anneaux. Il s’agit d’une robe tout en or, portée par Françoise Hardy en 1968, lors de l’une de ses prestations musicales. Vous avez remarqué le poids : 9 kilos !»

Il est tout de même important de savoir que le domaine du bijou contemporain passe quasiment inaperçu en France depuis son apparition dans les années 1960, au profit d’un style de bijoux issus de la haute joaillerie et de la bijouterie classiques. L’injuste désintérêt de la France pour les bijoux contemporains n’est heureusement pas le cas de nos voisins, Pays-Bas, Allemagne, Suisse, ou Italie exposent plus volontiers ces bijoux. «Question de culture ? Sans doute. Question d’éducation artistique ? Sans doute aussi… on peut dire que cet état de fait a pour seul effet positif de laisser ce domaine plutôt en friche, très peu exploité, sans de vraie théorie pour cerner de quoi il s’agit vraiment… » On mesure combien ce qui se fabrique pour le bijou contemporain semble définitivement tourner autour de la problématique d’une création expérimentale et inédite. On comprend d’autant mieux tout son intérêt en tant qu’œuvre d’art ! « Voici donc un bijou qui a quitté les enjeux autour de la valeur des substances et décadre les gestes traditionnels. Un bijou qui se fait donc moins investiture et plus œuvre artistique au travers d’une pleine et joyeuse expérimentation. Compte tenu de votre orientation plutôt côté métiers d’art, cette conférence avait pour seul et unique projet de vous faire découvrir toutes ces richesses qui existent autour de vous. Richesse dont vous pouvez à présent tirer parti (ou non) dans votre réflexion autour du bijou. »(conférence autour du bijou contemporain, avec Sylvie Lambert, dans le cadre du programme européen Comenius, et du projet «Quand la pierre brute devient bijou !» au LP Jean Guéhenno)

remerciements à Sylvie Lambert , et MERCI à l’équipe du journal « le Mur » du Lycée Jean Guéhenno, merci pour leur compte-rendu de conférence publié et diffusé, et que j’ai entièrement repris ici, dans le but de le diffuser encore et encore !
 
 
BOOK : Sylvie LAMBERT
« La bague,  parcours historique et symbolique »
book - la bague, parcours historique et symbolique - Sylvie lambert
 
 
  »trois musées, à Paris, Londres et Pforzeim » :
* Musée des Arts Décoratifs
107, rue de Rivoli
75001 Paris (FR)
Renseignements au 01 44 55 57 50
www.lesartsdecoratifs.fr
 
* Victoria & Albert Museum (V&A)
V&A South Kensington
Cromwell Road
London SW7 2RL (UK)
+44 (0)20 7942 2000
http://www.vam.ac.uk/index.html
 
*Schmuckmuseum  - Pforzeim
 Jahnstraße 42
im Reuchlinhaus
75173 Pforzheim (Allemagne)
Tél  +49 7231 39 2126
http://www.schmuckmuseum-pforzheim.de/flash/start.html
 
 

MODELSCULPT |
Valérie Salvo |
dochinoiu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Françoise Fourteau-Labarthe
| Aidez les jeunes artistes
| Tableaux de Christian Maillot